INFOS COVID-19

Historique



Notre histoire

Le Mont-Mars / Mont-Bélu

 

7 mai, fin de la 2e guerre mondiale. Un dénommé M. Jos Fréchette a eu son licenciement des forces armées canadiennes le 22 septembre 1945.

Jos encaissait son chèque de paie, un beau gros 945 $ pour 5 ans et 3 mois de service (15 $ par mois de travail) pour son implication au sein de l’armée canadienne.

Il investit la somme de 475 $ pour son centre de ski. Les travaux débutèrent dès le mois d’octobre 1945.

 

Le Mont-Mars était né.

Sa femme du nom d'Esther Villeneuve-Fréchette eu un ‘’flash’’ en virant les crêpes. ''Mont-Mars'' s’exclama Mme Fréchette. ''C’est le nom du fondateur de Bagotville, qui est mon grand-père''. Jos lui dit: ''Ça ‘’sonne’’ bien, je vais en parler à la gang ce soir''.

La gang, constituée de Roland Lesvesque, Julien Gagnon, Alexandre Rasmussen, Clément, Chantal, Gaston et Roger Claveau, Ronald Ellefsen, Maurice, Liguori et Roger  furent tous d’accord pour le MONT-MARS.

 

Le Mont-Mars était reconnu pour son immense saut en bois. Ils y pratiquaient la discipline du saut en longueur. Le saut était situé à l'endroit de  la première pente abrupte, en dessous du télésiège, à côté du garage. La pente servait de piste d’atterrissage. C’était le rendez-vous par excellence les fins de semaines au Saguenay. Les spectateurs étaient très nombreux. Ils étaient silencieux et angoissés quand ces casse-cous s’envolaient sur plusieurs mètres. À l’atterrissage, les applaudissements et les cris étaient si généreux qu’ils raisonnaient dans le fjord de la Baie. Les moins téméraires y pratiquaient le slalom et la descente.

 

La station acquit en 1960, grâce à l’implication d’une poignée d’irréductibles ayant la passion du ski, le premier T-bar installé dans la région du Saguenay Lac St-Jean. Ce fut l’œuvre de « patenteux » tels les Marcotte, les frères Boulianne, Fréchette, Clouston et Rasmussen. Les 5 pistes tortueuses offraient des défis inimaginables : lignes sinueuses, une pente remontante, la traversée du T-bar pour transférer de pistes, section de marche, etc. Ces pistes portaient des noms évocateurs. Certains provenaient de grandes destinations européennes comme le Tyrol et Cortina, ou de destinations américaines comme Squaw. D'autres rendaient hommage à des pionniers comme Simard (l’un des 21 colons qui colonisèrent le Saguenay en 1837. Son prénom est Mars) et Marcotte.

Cependant, la piste la plus effrayante était la Cortina, qui accueillait une compétition régionale annuelle de descente dans les années 70. Cette piste étroite et glacée présentait des sections abruptes avec des envols inévitables à 3 endroits avant la décompression au bas du schuss d’arrivée.

Ce n’est qu’en 1981, grâce à la venue future des Jeux du Canada (1983), que le nom fût changé pour Mont-Bélu. Le vieux motel de Jos Fréchette fut revampé en 1988 et devint l’Auberge de la Grande-Baie.

Devenue propriété municipale pour la somme de 40 000 $, d’autres pistes s’ajoutèrent, en plus du télésiège et du système d’enneigement artificiel. Les pistes ont été renommées durant la saison 2003-2004 pour saluer les bâtisseurs Lesvesque, Dufour, Fréchette, Simard, Rasmussen, Boulianne, Mont-Mars et Marcott.

Crédit. Esther Villeneuve-Fréchette et Mylène Fortier